Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ne pas confondre parapluie administratif et principe de précaution!

Publié le par Emmanuelle Ajon

Depuis 2008  maintenant, un doute s’est installé sur les effets du bisphénol A sur le corps humain et en particulier sur les nourrissons.

 

Le Bisphénol A est un est un produit chimique utilisé dans la fabrication d'un plastique dur transparent, le polycarbonate, employé notamment pour la fabrication des biberons.

La Food and Drug Administration (FDA) au Etats-Unis a mis en évidence des effets potentiels sur le cerveau ou la prostate des nourrissons, l’AFSSA n’a pas rendu ses conclusions, mais a avoué ne pas être loin des conclusions de son homologue américain, par la bouche de Marie Favrot, directrice de l'évaluation des risques nutritionnels à l'Afssa.

 Aussi, par principe de précaution la députée PS Michèle Delaunay a fait la proposition au maire de Bordeaux d’interdire l’utilisation des biberons contenant cette substance dans les crèches Bordelaises.

 La mairie a répondu rapidement avoir agit depuis un an, stoppant l’information faite autour de la proposition de la députée Bordelaise.

 Mais,  il est bon de préciser que dans les lieux d’accueil de petite enfance Bordelais, les « bibs » sont fournis par les parents, les "biberons mairies" n’étant que des produits de substitution en cas d’oubli des familles.

Et dans le cas général, aucune information n’est faite auprès des parents autour du bisphénol A. Le principe de précaution n’est pas à mettre en place pour les collectivités mais pour les nourrissons, à mon avis.

Oui a priori (bien que nous n’en ayons aucune preuve), la mairie s’est bien protégée d’éventuelles procédures futures en arrêtant d’acheter ce type de produit mais n’a pas mis en place une véritable politique de prévention envers les utilisateurs en les informant des risques probables de ce produit.

 Je soutiens donc la demande pertinente, et primordiale pour les nourrissons Bordelais, de Michèle Delaunay d’interdire réellement l’utilisation des biberons contenant du bisphénol A dans les lieux d accueil de petite enfance de Bordeaux, grâce à une grande campagne d’information auprès des parents et la mise en place de contrôle des produits utilisés dans ces structures.

 N’est il pas dommage sur un sujet si lourd de conséquences potentielles, que les réponses politiques confondent parapluie administratif et véritable politique de prévention de santé publique ?

Voir les commentaires

l orientation scolaire un bien de consommation?

Publié le

J ai eu la chance vendredi de participer à l'inauguration de la 21° édition du salon Aquitec et d’en faire une visite accompagnée, commentée.

Aquitec est le 1er salon Régional de l’Orientation, des Métiers, de l'Emploi et de la Formation.

 

Il met en relation les professionnels, les entreprises, les associations, les institutionnels et les établissements scolaires, universitaires de formation initiale et/ou continue avec les 16-25 ans et les adultes en situation d’apprentissage, d'orientation ou de reconversion.

 

Cette année est apparemment une année record en termes de visiteurs, ce qui doit tenir à deux conjonctures, la peur du chômage et du mauvais choix de filière et en la qualité et la diversité du salon.

 

J’ai découvert  des stands de grandes qualités par exemple ceux réalisés  par les lycées offrant des formations dans le cadre des métiers du bois et de l'ameublement  ou le stand très complet de cap métier qui offrait de nombreux outils interactifs autour de l'orientation et de certains métiers aquitains.

 

Mais au détour d’une allée j ai repéré  avec étonnement des stands d’entreprises offrant du  coaching d’orientation. Celles-ci vendent des conseils d’orientation scolaire aux élèves contre rémunération non symbolique bien entendu.

Mais cela n'est il  pourtant un service sensé être offert à tous  par le service public.?
N'est ce pas  le gouvernement actuel qui déclare vouloir un grand service public de l’orientation.

 

Alors je suis aussi en colère car dans les faits  ce même gouvernement laisse dépérir petit à petit l’actuel service public d’orientation intégré au système scolaire. En effet,  les CIO sont en voix de disparition par manque de moyen  et les conseillers d’orientation font disparaître peu à peu car non remplacés après leur départ en retraite…..

 

 En organisant ainsi l’asphyxie et le manque de moyen du service public, le gouvernement lance ou offre  l’orientation scolaire au main d’un marché, abimant encore sévèrement le principe d’égalité des chances dans le système éducatif français.

 

Afin de maintenir un service public de qualité devrons-nous encore et bientôt uniquement compter sur les initiatives et la volonté des collectivités locales de gauche ?

 

Voir les commentaires

Premiere victime du grand stade?

Publié le par e ajon

La pratique d’un sport est  fondamentale, elle aide à se maintenir en bonne santé physique et mentale en faisant travailler le système cardio respiratoire, prévention de l obésité, permet aussi la gestion et l’évacuation du stress. Elle permet la découverte du corps et de ses limites. Elle est aussi un vecteur primordiale du lien social

 

C’est surement pour cela que le sport,  a toujours fait partie de l histoire de l homme. Chaque période de l histoire a connu  un sport roi, à l antiquité la course de chars, au moyen âge les tournois, puis au XVIII ° siècle le jeu de paume, aujourd’hui c’est incontestablement le football.

Ce dernier est un des sports les plus pratiqué mais aussi le plus suivi le faisant passé au rang de sport spectacle, très apprécié de nombreux français.

 

 

C’est pour cette dernière raison que la mairie de Bordeaux souhaite surement construite un nouveau grand stade. Et peut être aussi pour laisser un grand monument à son nom dans le tissu urbain ?

 

Je dirais pourquoi pas,  mais celui-ci ne doit pas se faire au détriment d’une politique  publique sportive de proximité, ou d’autre investissement nécessaire à la ville comme le logement social par exemple. Les Bordelais l ont bien compris puisqu’ils sont majoritaire à penser que cet investissement peu attendre même s’ils sont favorable à ce projet.

 

 

Alors, je suis en colère car à l ombre du projet du grand stade une petite association sportive Bordelaise va mourir faute de moyens.

 

En effet, La mairie se bat, pour bâtir un stade de 165 millions d’euros aujourd’hui, mais ne peut soutenir une association de foot de salle montée par des jeunes issus d’un quartier populaire de Bordeaux et jouant au niveau régional, celle-ci va devoir cesser son activité...première victime de la politique sportive  gargantuesque et de spectacle de la ville de Bordeaux.

 

 Cette politique spectacle doit elle sacrifier  la vie des quartiers ?

Voir les commentaires