Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La petite enfance un sujet de choix d'avenir et non un combat de femmes!

Publié le par Emmanuelle AJON

Vous trouverez ci après le contenu de mon intervention au dernier conseil municipal de Bordeaux, sur la gestion du service de la petite enfance. Sujet qui touche bien trop souvent que la gente féminine, alors que nous sommes dans des choix de construction d avenir de notre société .


Je reviendrais rapidement sur la vision qui nous oppose avec le maire de Bordeaux sur la gestion de la politique de la petite enfance .

Pour sa part la ville considére ce service comme un service marchand, lucratif depuis la validation par sa famille politique de ce champ en 2010 dans la directive européenne service, pour laquelle ma famille politique s'était érigée alors que cette décision avait été prise sans aucune concertation.

L'équipe municipale a fait sienne la loi de madame Bachelot permettant de faire baisser le taux d'encadrement dans les crèches et le nombre de personnel qualifié dans les établissements de petite enfance , permettant un réel surbooking pour les bébés répondant ainsi aux demandes de rentabilisation par les entreprises de crèches !

Pour ma part, je milite pour un service public portant une égalité des chances futures,et non un simple lieu de garde rentable , mais un véritable lieu de sociabilisation, de primo apprentissages ne méritant pas d'être sacrifié à des fins de marchandisation et demandant la présence de professionnels qualifiés, disponible pour toutes ces missions fondamentales.

Mais aujourd'hui cette nouvelle délégation de service public, nous fait passer un cap puisque le choix de la ville se porte sur un délégataire, people And baby, hautement décrié sur sa gestion des ressources humaines ( non respect des droits syndicaux, absence de CHST, licenciement abusif d'un délégué du personnel...)ou la rentabilité est fortement présente, peut être trop, puisque vendredi une de leur crèche à été fermée avec un enfant à l'intérieur qui dormait tranquillement dans son berceau! Une crèche en délégation de service public.

Bref, la ville de Bordeaux soutient ici une entreprise qui vise la rentabilité maximum vis-à -vis des enfants et des personnels, bien loin des conditions de travail nécessaire pour les professionnels afin de permettre la qualité d'accueil nécessaire et voulu pour les enfants Bordelais, !

Nous sommes,loin de la politique ambitieuse l'agenda 21 et d'un développement durable respectueux de l'environnement et l' être humain que l on nous décrit sur le papier.

C'est pourquoi les élus PS municipaux de Bordeaux, par ma voix, ont voté résolument contre cette délégation de service public.

Voir les commentaires

Législative 2012 à Bordeaux, point sur l'actualité.

Publié le par Emmanuelle AJON

261436 2216070159389 1176637169 32712336 1636342 n

Ces derniers jours, ces dernières heures ont été porteurs de bouleversements politiques, tant au niveau national que local. A la demande de Michèle Delaunay, j’ai  accepté de retirer ma candidature de députée suppléante de la deuxième circonscription de la Gironde au profit de Vincent Feltesse.

Je tenais à prendre un peu de temps avant de m'exprimer  pour évacuer au maximum les sentiments qui pourraient conduire mes propos.

 Dans le même temps, j'ai été submergée par des dizaines et dizaines de messages de militants, sympathisants, amis et de personnes inconnues. Tous m'ont témoigné leur estime, leur affection ou leur incompréhension.

Je tenais à vous remercier à tous.

Pour plusieurs raisons, cette décision n’a donc  pas été facile à prendre.

Tout d’abord au regard du travail accompli ces cinq dernières années auprès des Bordelais, en duo avec la députée, tout particulièrement sur de nombreux dossiers qui me sont chers, au nom de mes engagements et de mes convictions politiques: l’éducation, l’habitat, le pont Bacalan-Bastide, pour ne citer que ceux-là.

Ensuite parce qu’entrer en politique ne signifie pas, pour un homme ou une femme, abandonner à la porte son égo, ses sentiments, ses émotions.

Au-delà de ces considérations personnelles, le choix de permettre à Vincent Feltesse de devenir le suppléant de notre candidate sur la deuxième circonscription a évidemment un sens politique fort pour Bordeaux, après la nomination de Michéle Delaunay comme ministre délégué aux personnes âgées et à la dépendance. Si avec notre soutien actif, comme elle le mérite, les Bordelais confirment en juin leur confiance à Michèle Delaunay, c’est en effet Vincent Feltesse président de la Communauté Urbaine de Bordeaux  qui siègera à l’Assemblée nationale pour lui permettre d’honorer sa charge ministérielle.

Grâce à tous les témoignages de soutien, d'affection, reçus, au lieu de me décourage, cela me motive pour continuer car, finalement, si au premier événement je devais rendre les armes, alors que vaudrait mes engagements.

Non, au contraire, cela va encore me rendre plus déterminée à me battre, car ce qui compte et doit compter, ce sont les progrès qui seront faits dans tous les domaines qui me tiennent à cœur. J'aurai d'autres occasions pour montrer mon opiniâtreté, mes qualités, mes compétences, pour faire avancer ces combats, dont celui de la parité, comme vous vous en doutez.

 

C'est pourquoi, dès demain, vous me verrez à nouveau sur le terrain, en réunion publique, en porte-à-porte, en distribution. Rien, ni personne, ne m'empêchera de participer au parachèvement de la victoire de François Hollande, le 6 mai dernier, car sans majorité parlementaire, tous les engagements pris seront vains et je veux faire partie de tous ceux qui y auront pris leur part.

 Je vous appelle, tous, à m'y accompagner, en laissant derrière la porte, frustrations, colères, parce que cette implication me donnera, nous donnera, plus de légitimité et nous permettra d'être plus écoutés. Suivons l'exemple de François Hollande, il n'a jamais abandonné.

 

Donnons une majorité au changement.

Encore une fois, merci à tous de votre soutien,

Voir les commentaires

Ministre déleguée aux personnes agées et à la dépendance

Publié le par Emmanuelle AJON

Je suis aujourd’hui heureuse et fière.

Vous avez en effet comme moi, je n’en doute pas, pris connaissance de la composition du premier gouvernement qui s’est aujourd’hui réuni solennellement autour du président de la République et du Premier ministre. Ce gouvernement honore la Gironde avec l’entrée de notre députée, Michèle Delaunay – candidate à l’élection législative sur la 2e circonscription –, qui s’y voit confier le portefeuille de ministre déléguée aux personnes âgées et à la dépendance.

 

Ces attributions, vous le savez, lui tiennent particulièrement à cœur : elle s’y consacre depuis de nombreuses années avec énergie, tant au niveau départemental que national. Qui ne l’a pas entendue parler du “bien vieillir” avec la passion, la force de conviction et de proposition qui la caractérisent ! C’est un moment très fort de surprise et d’émotion, pour moi qui ai accepté en 2007 l’invitation de Michèle Delaunay à l’accompagner dans son combat pour arracher à la droite la 2e circonscription de la Gironde, puis dans son travail de parlementaire.

 

Je lui suis reconnaissante de m’avoir fait l’honneur de me renouveler sa confiance pour un nouveau mandat si, comme nous y sommes tous déterminés, les Bordelaises et les Bordelais nous confirment en l’amplifiant leur confiance.

Sa charge ministérielle est pour Michéle Delaunay la reconnaissance de combats politiques que, sans vous tous, elle n’aurait pu ni conduire ni gagner. C’est aussi la reconnaissance d’une extraordinaire force de travail et de réflexion, d’un sens politique aigu, d’une détermination et de compétences remarquables dans un champ crucial pour le devenir intergénérationnel de notre société au XXIe siècle.

Cette actualité politique majeure n’est pas sans conséquences pour nous dès aujourd’hui. Elle nous oblige en effet à nous mobiliser davantage encore – nous tous militants socialistes, moi-même en ma qualité de suppléante – pour que notre députée soit brillamment réélue bien sûr, mais aussi que le Président et le gouvernement soient assurés au parlement de la forte majorité sans laquelle ne pourrait être conduit le changement qu’ont souhaité les Françaises et les Français le 6 mai.

Voir les commentaires