Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bordeaux, les Rroms : du travail œcuménique à l’attaque politique.

Publié le par Emmanuelle AJON


Je ne peux qu’exprimer mon grand étonnement face au positionnement de la mairie de Bordeaux sur le dossier de la population rrom. En effet, après des années sur ce dossier où je n’ai entendu que les louanges de la majorité municipale, et son vœu d’un travail de terrain dans un esprit de partenariat, hors champ de récupération politique, les propos de ce jour me paraissent annoncer un net changement de position. Pour ma part, je salue l’action concrète du gouvernement, avec la prise en compte rapide de l’accès au marché de l'emploi pour ces familles, par l’abrogation de la taxe imposée à leurs employeurs, dont ils étaient victimes depuis des années (véritable frein à leur insertion), ainsi que l’ouverture d’une liste plus large des métiers. Cela même si – je ne m’en cache pas – je fais partie de celles et ceux qui souhaitent que nous allions vers l’abandon immédiat des mesures transitoires. Je salue également un gouvernement en phase de réflexion avec les pays d’origine de ces flux migratoire, ainsi que la réflexion sur les retours par charters coûteux, inhumains et inefficaces, de surcroît générateurs de systèmes mafieux, autour d’un inacceptable tourisme de la misère. Un gouvernement qui malgré tout s’est saisi de cette problématique humanitaire dans les premières semaines de son action, conformément à ses engagements. La question de cette migration de survie interroge plusieurs problématiques locales : le logement, l’accés à l’emploi, le bien vivre ensemble. Comment répondre en effet aux besoins de logements ou d’hébergement de cette population alors que la ville n’offre que 16% de logements sociaux, ce qui déjà ne permet pas de répondre à la demande des Bordelais ? Ce manque crucial d’un bien fondamental dans notre capitale régionale cause l’engorgement des structures existantes d’hébergement. L’absorption d’une centaine de familles de Rrom représente évidemment un problème insurmontable quand le “bien habiter” pour tous n’est déjà pas assuré par la ville de Bordeaux. Il est en outre stupéfiant qu’une collectivité considère que le financement de “maisons” de planches et la création d’un bidonville intra muros soit une réponse digne d’une société du XXIe siècle, qui lui donne le droit de juger de sa hauteur l’action des autres collectivités. L’histoire et la politique qui accompagne la population rrom (et plus largement bulgare et roumaine), imposent qu’une véritable insertion dans nos « cités » passe par un véritable travail pédagogique, et soit portée par tous les élus. C’est ce que nous demandons au maire de Bordeaux depuis de nombreux mois, afin de pacifier les rapports entre riverains et habitants de squats. Mes demandes en ce sens demeurent hélas à ce jour sans réponse. Par ailleurs nous arrivons aujourd’hui à la fin d’un dispositif (la MOUS) fin que nous connaissions depuis longtemps : le temps du bilan est donc arrivé tant, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, il ne suffit pas de communiquer et de dépenser de l’argent public ; il y a un moment où il devient nécessaire de vérifier que la dépense est efficiente pour la population cible. A juste titre aujourd'hui, la CUB attend de connaître les résultats de cette première MOUS et de son travail sur le terrain (non évacuation des squats, sauf à la demande des communes ) pour accompagner la reconduite d’un tel dispositif si le préfet choisi de le renou veller. On ne peut laisser la mairie juger seule des engagements des collectivités sur ce dossier, comme si la ville de Bordeaux avait vocation ou autorité à distribuer des bons points, alors même que le Conseil régional d’Aquitaine travaille depuis des mois avec les acteurs de terrain pour ouvrir le champ de la formation professionnelle à ces populations. Dans le cadre du droit commun, il met ainsi ses services à disposition des professionnels de terrain, bien que l’action sociale ne soit pas dans son champ de compétences. Des services qui demeurent en attente du fléchage d’un public dont ils ne peuvent connaître a priori les attentes et les besoins. Il semble enfin dangereux qu’un élu de la République remue le chiffon rouge d’une migration sociale massive sur nos territoires, en provenance de pays aujourd’hui pleinement touchés par la crise économique, faisant ainsi un curieux amalgame entre les populations rrom, espagnoles et bulgares. Parce que les appels à la frayeur populaire et au rejet des différences et de l’étranger ont toujours fait fi des contextes économiques, politiques et historiques, on ne peut qu’être choqué d’un tel manque de conscience politique sur un dossier aussi délicat.

Commenter cet article

David Dumeau 19/09/2012 22:21

Je préfèrerais avoir de vos nouvelles pour proposer des jeunes sur des formations professionnalisante plutôt que pour faire la promotion de votre billet. Plus utile je pense.
Merci