Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hortefeux ....scandaleux....

Publié le




Hier lors de la présentation de ses secrétaires d'état, le nouveau ministre du travail Brice Hortefeux a tenu à préciser  que Fadela Amara était une "compatriote". "Comme ce n'est pas forcément évident, je le précise", à t'il dit!

Aujourd'hui, on veut nous faire croire qu'il faissait ainsi référence à leurs origines Auvergnates communes.....quel conseiller en communication peut imaginer que les Français croiront cela!

Pour ma part , j'y vois  un déni de notre histoire, de notre république.....et du délit de "couleur"!

Ces propos sont intolérables dans la bouche d'un ministre de l'Etat Français
....même sous la forme d'une bourde à laquelle je ne crois pas!

Commenter cet article

Schtroumpf Rouge 27/01/2009 12:36

Je suis d'accord qu'un ministre ne doit pas tenir de tels propos même en plaisantant.
Tout d'abord parce que chacun en fait une intreprétation différente, ensuite parce qu'un ministre sait très bien que ses propos seront relayés par la presse et qu'ils laisseront toujours quelque chose de négatif. Et Brice Hortefeux connaît trop bien cela pour que ce soit involontaire.

zohra 26/01/2009 16:43

attention, emmanuelle, à ne pas tomber dans la bien-pensance exacerbée, celle qui mène à la censure, celle que nous, gens de gauche, condamnons.
pour ma part, cette phrase ne m'a pas choqué. en effet, ils sont tous deux originaires d'auvergne. hortefeux a-t-il la tête d'un auvergnat ? (du moins l'idée véhiculée). je crois que cette boutade était à double sens. et si c'était fadela amara qui l'avait prononcée ? vous l'auriez trouvée sympa ou, peut-être même, pas relevée. moi, j'ai mal à ma france qui ne s'autorise plus de liberté de langage, qui envoie un lycéen au tribunal pour avoir brandi une affiche "casse-toi, pauvre con", qui est indignée que les socialistes aient chanté la marseillaise et vociféré à l'assemblée ou que jean lassalle y ait chanté du folklore béarnais. pourtant, s'il y a un lieu où la parole est, par définition, libre, c'est bien là.
et je crois que c'est en entrant dans le jeu des censeurs et bien-pensants que l'on tisse notre propre bâillon.
faisons de la politique, battons-nous plutôt pour nos idées et contre les décisions gravissimes prises quotidiennement par notre gouvernement. c'est autrement plus important !