Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'éducation n est pas un investissement rentable pour la ville de Bordeaux

Publié le par Emmanuelle AJON

cantine.jpgVous trouverez ci après mon intervention sur le volet éducation du compte administratif de la ville de Bordeaux.

 Nous le savons les effectifs scolaires tendent à augmenter par la conjonction d’un fort taux de fécondité en France de 2,01 enfants par femme et la volonté politique de la ville de refaire venir dans Bordeaux de jeunes familles.

L’augmentation des effectifs dans les établissements scolaires ne me parait pas surprenante dans ce contexte.

Parallèlement la société française connaît une crise économique et des modifications des structures familiales (avec une multiplication des familles mono-parentales) qui entraînent, et entraîneront, des besoins de places en restauration scolaire nécessaire pour permettre tant l’accès à un droit  nutritionnel à chaque enfants mais aussi un  accès à l’emploi ou à l insertion des parents.

C’est pourquoi le manque de  dépenses d’équipement dans le compte budgétaire  pour une réelle augmentation des capacités d’accueil dans le domaine de la restauration scolaire me parait incompréhensible et engendrer un non respect du  droit.

De même la manipulation des chiffres d'accueil est effrayant. La ville affiche 90 % d'accueil pour les élèves des écoles élémentaires et maternelles.Or, ce chiffre est manipulé puisqu'il tient compte des enfants qui ne viennent même qu un jour par semaine. C'est ici une communication qui travestie, encore une fois, les chiffres de la réalité.

Aussi, la nouvelle grille de tarification scolaire permet de faire payer plus aux parents  à qui on ne refusent pas l’entrée à la restauration scolaire et de laisser un tarif bas à ceux qui sans emploi se verront refuser la restauration scolaire si l’on manque  de place…cela est un sûrement un bon calcul financier que nous vérifierons dans le  compte administratif de l’année prochaine.

 Cette hausse des  recettes entraînera  t elle à la question de fond que fait on en terme d’investissement pour répondre à une question primordiale apporter une réponse favorable à tous les bordelais voulant  et devant avoir accès à un repas équilibré tous les jours dans le cadre de la restauration scolaire pour leurs enfants ?

Enfin, je vous parlerais en dernier lieu de la petite enfance qui me parait porter aussi son lot de contradictions, comment parler d’un travail sur un label de qualité de l’accueil des enfants, alors que parallèlement on entame une délégation  du service de la petite enfance aux entreprises privées et que l’on souligne un budget ou les recettes sont en hausse alors que les investissements n’ont pas été entièrement réalisés.

Je tiens à souligner que ce  label est d’ailleurs porté par un opérateur  de crèche privée.

Nous sommes  là  clairement une démarche de communication sur la qualité d’un service essentiel ou la ville souhaite de  moins en moins investir à long terme.

En conclusion ce compte budgétaire montre la non prise en compte du rôle primordial des politiques publiques en terme d’éducation véritable levier de l’égalité des chances, et ascenseur social nécessaire  dans  notre société.

Commenter cet article