Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vote à l'unanimité de mon premier budget départemental

Publié le par Emmanuelle AJON

C'est avec garde satisfaction que mon premier budget départemental en termes de protection de l'enfance et de la promotion de la santé a été voté cette nuit à unanimité.
L'ensemble des élus nous a donné son aval pour notre plan d' actions proposé hier, ils ont ainsi accepté d'y consacrer les moyens nécessaires.

Sûrement par ce que les politiques de la promotion de la santé et de la protection de l'enfance sont la traduction bien concrète des solidarités humaines et territoriales ADN du Conseil Départemental de la Gironde.

La politique de la promotion de la santé est une politique volontariste,du département de la Gironde, d'accompagnement des personnes en période de vulnérabilité tout au long des périodes clés de l'existence lors de la grossesse, de la naissance, l'entrée dans l'âge adulte....
Les trois actions de cette politique sont la prévention, la planification et le dépistage dont nous avons la responsabilité de les mener le plus précisément possible.
Ce travail est réalisé par de nombreux dispositifs au plus près des territoires minorant ainsi les inégalités tant territoriale que sociale face à la santé.
Nous disposons en 2015 via la protection maternelle et infantile (PMI) pour cela de 67 lieux de consultations médicales ou de puériculture représentant 22000 actes médicaux et 7000 consultations pour l'année.

Face à la politique de planification, notre volonté est de renforcer en 2016 encore les 21 sites de planification actuels en facilitant l'accès à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) grâce à la mise en place de l'IVG médicamenteuse dans le centres de planification départementaux .
Nous maintiendrons la remarquable initiative de formation mis en place par nos services et le milieu associatif qui a permis à 90 % des élèves de classe de troisième de nos collèges girondins de bénéficier de rencontres autour de la santé de là vie affective et sexuelle.
Cette politique sera aussi renforcée en 2016 grâce à l'évolution et la fusion de nos différents centres de dépistage en CEGIDD Centre Gratuit d'Information, de Dépistage et de Diagnostic dont les missions seront étendues en plus du VIH aux hépatites, IST et de la santé sexuelle. Cette étendue sera réalisée grâce à un appel à projet gouvernemental qui nous permettra cette extension à budget constant. Nous pourrons ainsi d'accroître notre politique de dépistage et de prévention en particulier en milieu rural.
Enfin de part notre rôle unique d'acteur de santé décentralisé et dans le soucis constant de garantir une équité de traitement et de parcours de santé à tous les girondins. j'ai proposé de lancer en 2016 une expérimentation d'accompagnement et de co- construction d'une mutuelle de village avec la communauté de Commune du Valon de l'Artolie. Cette expérimentation a pour objectif d'un futur déploiement sur l'ensemble de nos territoires.
Nous réussirons à réaliser cela sur un budget constant.

La deuxième politique,dont le président Jean Luc Gleyze m'a confiée la charge, est la protection de l'enfance. Cette politique a été par la loi Notre confirmée comme compétence obligatoire des départements.

Le bilan de l'année 2015 est malheureusement nettement marqué par une augmentation des besoins, cela se traduira inévitablement par une augmentation budgétaire pour 2016.

2016 sera marquée par l'investissement notamment pour le Centre Départemental de l'Enfance et de la Famille (CEDEF) avec des travaux de rénovation important sur la pouponnière,qui accueille les enfants de quelques jours à 3 ans qui sont confiés aux départements.Les nouveaux bâtiments seront livrés fin 2016. Nous financerons aussi la mise en sécurité du château du centre qui représentait un réel danger pour les enfants.

L'accueil familial, pilier de note politique d'accueil de la protection de l'enfance ne fera pas l'objet de hausse budgétaire. En raison de la pyramide des âges, nous sommes en effet, confrontés à une baisse des effectifs de ces professionnels ( 800 malgré tout) et à une augmentation des enfants qui nous sont confiés.

Aussi, nous avons lancé ce dernier trimestre une campagne de recrutement afin d'anticiper cet effet ciseaux et de répondre à l'adéquation entre le profil des enfants et l'accueil proposé. l'objectif est bien de proposer au plus grand nombre d'enfants, un accueil familial associé à une diversité d'accueil en s'appuyant sur nos partenaires associatifs , offrant ainsi une stabilité de liens affectifs et éducatifs essentiels aux développement des enfants.
Il est cependant nécessaire de se ré interroger sur ce métier et ses conditions de travail. Nous avons avec le président du département lancé cette réflexion avec les plus de 600 professionnels que nous avions réuni en séminaire à Eysines le 1e décembre 2015.

Aussi en 2016, nous continuerons une politique excrément volontariste pour la protection de l'enfance, grâce à la participation budgétaire de 190 391 429 euros que nous y consacrons, mais également grâce nos actions de recherche et d'innovation: je pense en particulier à la réalisation des états généraux de la Protection de l'enfance que nous réaliserons lors du dernier trimestre 2016.

Nous devrons aussi concentrer nos efforts sur l'accompagnement des jeunes majeurs à la sortie du dispositif d'accueil, et là aussi l'innovation et les acteurs de l'ESS seront à la base de notre réflexion.



A la croisée de ces politiques de préventions de la santé et de la protection de l'enfance en lien avec la jeunesse et donc la vice présidence d'Isabelle Dexpert, nous suivons et finançons avec principalement l'agence regional de santé la Maison Des Adolescents qui est un lieu d'accueil , d'écouté d'évaluation et d'orientation anonyme et gratuit face aux situations de mal être des adolescents.
Notre volonté est là de déployer cet outil sur les territoires ruraux, comme cela a été annoncé à sa création. Notre premier antenne ouvrira en janvier 2016 dans le Médoc.

En conclusion je pense que s'intéresser à la protection de l'enfance, c'est d'abord lever le voile sur la complexité, sur la confusion des sentiments; c'est découvrir les règles, les normes, implicite dans chaque cellules familiale et c'est être convaincu que , malgré notre pudeur il est juste de pousser les portes de cette intimité lorsqu'un enfant est en danger.

La politique publique de protection de l'efface est complexe et pleine d'affect. Aussi, je ne peux que saluer le travail qui s'accomplit sur le terrain par les agents départementaux et nos partenaires associatifs.

C'est pourquoi le président du département et moi même voulons mettre en musique une politique de la protection de l'enfance bienveillante, une politique globale de l'enfance mais également en lien avec l'ensemble des autres politiques sociales.

Nous pensons que protéger l'enfant, c'est le penser dans toutes ses dimensions, dans tout son parcours.
Protéger l'enfant, c'est lui donner accès au monde, c'est tout faire pour ne pas restreindre son champs des possibles, c'est démultiplier ses avenirs.


Protéger l'enfant , c'est inscrire notre institution dans une perspective de bientraintance également.

C'est donc dans cet objectif que nous travaillerons cette politique.

Vote à l'unanimité de mon premier budget départemental

Commenter cet article